Décoloniser l’espace public

Décoloniser l’espace public

Pour lutter contre le racisme

Mireille-Tsheusi ROBERT 2018

Les évènements racistes envers les Noirs sont de plus en plus visibles dans les médias. Cet été, nous avons par exemple tous suivi l’actualité du festival Pukklepop, durant lequel des jeunes scouts scandaient un chant colonial : « coupons des mains, le Congo est à nous », face à deux jeunes filles afrodescendantes. D’autres évènements racistes allant de l’insulte aux crimes de haines sont à relever : agression meurtrière de Raphaël Mensah qui décède après plusieurs semaines de coma, 11 mois de coma aussi pour le jeune Henock après une agression raciale, l’affaire Naithy-Nelson (adolescent Noir de 15 ans poignardé par un chauffeur de bus et qui s’est suivi du refus par la police de recevoir la plainte de la famille), les insultes racistes reçues par la présentatrice météo de la RTBF, le mépris racial de Miss Belgique, la « Sortie des nègres » (folklore du Hainaut), etc. Il convient de se demander comment, les belges et en particulier, les jeunes entrent en contact avec des préceptes racistes forgés pendant la colonisation. En effet, au-delà des généalogies coloniales et de la transmission directe (familles, scoutisme, etc. ), il faut aussi tenir compte des « mal-dits et des non-dits » de nos livres d’histoires ou encore de notre espace public.

Laisser un commentaire

Fermer le menu