Derrière les réjouissances pour le square Lumumba

Derrière les réjouissances pour le square Lumumba

L’ombre du contentieux belgo-congolais

Interview de Henri Hockins Kadiebwe Par Justin M. Ndandu

Célébrer ses victoires est important. Au regard de l’historique des revendications associatives, l’avènement d’un Square Patrice Emery Lumumba à Bruxelles en est une, à n’en point douter. Pourtant, un certain nombre d’aînés ne sont pas de cet avis et ont tendance à penser que les jeunes se réjouissent trop vite et pour peu de choses… Nous avons interrogé l’un des doyens du quartier Matonge, Henry Hockins Kadiebwe, pour contribuer à la transmission intergénérationnelle des luttes décoloniales. Ancien membre des jeunesses lumumbistes, Henri Hockins Kadiebwe a vu naître et a joué un rôle dans la construction du quartier Matonge. Il a dirigé pendant des années le night-club le Mambo, situé Chaussée d’Ixelles, prisé par les élites congolaises et par les diplomates africains pendant les décennies ’70, ’80, ‘90. Il a également dirigé pendant plusieurs années la Maison Africaine de Liège avant que celle-ci ne ferme. Pour lui, la vraie question n’est pas d’avoir une place Lumumba, aussi symbolique soit-elle, mais d’organiser un dialogue sur le, ou plutôt, les contentieux belgo-congolais, condition sine qua non à un vivre ensemble fondé sur une véritable politique décoloniale

4._Derrière_les_réjouissances_pour_le_Square_Lumumba_

Laisser un commentaire

Fermer le menu