LA CONDITION NOIRE ET LA COULEUR DE PEAU DU CHERCHEUR

LA CONDITION NOIRE ET LA COULEUR DE PEAU DU CHERCHEUR

Par Jonathan COLLIN, guest –

On dispose aujourd’hui de différentes données statistiques sur les discriminations ethno-raciales, que ce soit via les baromètres proposés régulièrement par l’Europe sur le sujet (Eurobaromètre 2015, Demart et al., 2017). Il semble par contre plus difficile d’appréhender les processus par lesquels se matérialisent les interactions. Il y a une distinction  entre les discriminations ethno-raciales des interactions ethno-raciales. Alors que les premières entraînent généralement la restriction de l’accès à un bien ou un service (logement, travail, formation) et peuvent être étudiées par l’intermédiaire d’enquêtes par questionnaires, les secondes sont faites de ces petites choses du quotidien, loin cependant d’être anecdotiques dans un parcours de vie, que les personnes stigmatisées rencontrent dans les « contacts mixtes » entre Blancs et Noirs (Goffman 1975) et qui témoignent de la condition de ces derniers.

3d95e3_2c068d65129544aaadab4edc438d3868-3

Laisser un commentaire

Fermer le menu